Résumé mémoire D.U. gérontologie

 Résumé mémoire D.U. gérontologie :

La kinésithérapie respiratoire associée à la ventilation non invasive au bénéfice de la personne âgée opérée cardiaque en réanimation.

Résumé

Le service de réanimation de l’Institut Mutualiste Montsouris (IMM) (Paris 14ème) prend en charge des patients en postopératoire immédiat de chirurgie cardiaque, thoracique et digestive.

En France, selon l’Institut Nationale Etudes Démographiques, les plus de 85 ans passeront de 1,5 millions en 2010 à 6 millions en 2050. Les progrès de l’anesthésie, de la chirurgie, de la circulation extracorporelle et de la prise en charge postopératoire repoussant les limites d’opérabilité, les patients admis en chirurgie sont de plus en plus âgés.

A l’IMM, 6,3% des patients en post-chirurgie cardiaque ont 80 ans ou plus et ce chiffre peut atteindre jusqu’à 11% dans certains services de réanimation.

Les risques de mortalité et de morbidité s’accroissent avec l’âge. Le taux de mortalité après chirurgie cardiaque est de 5% chez la Personne Agée (PA), mais grimpe à 25% en cas de comorbidités. La personne âgée présente une altération de la mécanique ventilatoire et de la compliance pulmonaire qui favorise les risques de complications pulmonaires en post-chirurgie.

Depuis quelques années, la Ventilation Non Invasive (VNI) a fait son entrée dans le service. Elle diminue les complications pulmonaires, les réintubations et les intubations prolongées qui grèvent le pronostic des personnes âgées.

La spirométrie incitative présente des limites chez la PA. Le Masseur-Kinésithérapeute (MK) doit adapter sa pratique. Dans ce mémoire, je propose d’utiliser la VNI, chez ces patients, pour optimiser les techniques de désencombrement et de réexpansion pulmonaire. La kinésithérapie respiratoire associée à la VNI, chez la PA, permet un meilleur recrutement alvéolaire, tout en diminuant l’activité des muscles respiratoires. Le MK doit maîtriser théoriquement et pratiquement la VNI et ses spécificités chez la PA : interfaces, indications, contre-indications, complications, critères de réussite et d’échec. La VNI reste toujours sur prescription médicale.

La littérature propose la création d’un « expert » en VNI (kinésithérapeute ou infirmière) ayant la connaissance de la prise en charge adaptée des catégories de patients à risque (comme la PA). Il sait adapter ses pratiques à la PA : le paramétrage des machines, la création de sets d’interface, l’installation, le contrôle du matériel et les complications spécifiques à cette population. Afin d’améliorer les soins chez la PA, il participe à la formation des équipes par « compagnonnage » et par formations institutionnalisées.

Une place de plus en plus importante est laissée aux kinésithérapeutes dans l’utilisation de la VNI. L’objectif de ce mémoire est de proposer des éléments de réponse aux problèmes spécifiques de la prise en charge de la VNI et de son organisation chez la personne âgée.

 

Mots-clés :

- Personne âgée.

- Ventilation Non Invasive.

- Chirurgie Cardiaque.

- Kinésithérapie respiratoire.

- Référent technique.